Bilan faim 2018 – PLUS DE 2300 PERSONNES REÇOIVENT DE L’AIDE ALIMENTAIRE CHAQUE MOIS SUR LE TERRITOIRE MASKOUTAIN

Bilan faim 2018

Saint-Hyacinthe, le 7 mai 2018– Suite à l’exercice du Bilan faim 2018, les résultats obtenus par La Moisson Maskoutaine démontrent que plus de 2 300 personnes reçoivent de l’aide alimentaire chaque mois sur le territoire de la MRC des Maskoutains.

 Tel que décrit par Banques alimentaires Québec, le Bilan-Faim Québec est « un rapport annuel consolidant des données socioéconomiques permettant de dresser un portrait de la faim au Québec, et ce, année après année. Il met en lumière une problématique préoccupante à travers la province et se veut un moyen de prendre action et de sensibiliser la population à l’enjeu grandissant qu’est la faim au Québec. » Ainsi, des données sont recueillies pendant tout le mois de mars chaque année, afin d’établir l’état de la situation.

En mars 2018, La Moisson Maskoutaine a donc distribué quelque 31 751 kilogrammes de nourriture à 13 organismes sur le territoire maskoutain, permettant ainsi de répondre à la demande de milliers de familles et personnes seules vivant de l’insécurité alimentaire.  Plus précisément, c’est 2 312 personnes qui ont reçu de l’aide alimentaire au cours du mois, ce qui représente une baisse importante par rapport à 2017 où les activités de l’organisme avaient soutenu près de 3 000 personnes.

« En regardant les données de plus près, nous constatons que moins de familles et plus de personnes seules demandent de l’aide alimentaire.  C’est donc une bonne nouvelle pour les ménages qui semblent avoir une meilleure situation.  Cependant, force est d’admettre que les personnes seules sont devenues plus vulnérables par les conditions sociétales actuelles et qu’elles doivent être soutenues.  » a déclaré madame Claudine Gauvin, directrice générale de La Moisson Maskoutaine.

Les organismes qui reçoivent les denrées alimentaires de La Moisson Maskoutaine se divisent en 3 catégories : le service de cuisines collectives, le dépannage alimentaire et les services d’hébergement, de repas et de soupe populaire.

« Il est aussi important de noter que ce bilan est le portrait d’un  seul mois dans l’année et que les besoins peuvent varier d’une période à l’autre.  Nous devons rester vigilants dans notre lutte vers l’autonomie alimentaire de la population; il y a encore beaucoup à faire » de conclure madame Gauvin.

La Moisson Maskoutaine œuvre sur le territoire depuis 2002 et bénéficie d’un généreux réseau de fournisseurs qui contribue à répondre aux besoins alimentaires des plus démunis.

 

 -30-

 

Source :

Laure Rodriguez-Vigouroux
Responsable des communications
450 261-1110